Rotation de culture et engrais verts

Les légumes de l’été ne sont plus qu’un souvenir. L’organisation du potager va changer.
Une fois le potager nettoyé, il est temps de s’interroger. Mais que planter et où ? Bonnes questions… Une seule certitude : il ne faut pas laisser la terre à nue. Le sol n’est alors plus protégé contre les intempéries et les mauvaises herbes s’y installent. Si vous voulez attendre avant de planter, semez des engrais verts. Ils enrichiront la terre.

Première règle : ne replantez pas un légume de la même famille sur une parcelle. Donc pas de pommes de terre sur un carré qui a déjà accueilli des tomates. Toutes deux sont des Solanacées et elles sont sensibles au mildiou, un champignon qui ne disparaît pas avec l’hiver. Il contaminerait à coup sûr la nouvelle culture. Le respect de cette règle freine de beaucoup le développement de parasites et de maladies. Un atout appréciable.
Et si, en plus des pesticides et fongicides, vous vous passiez des engrais ? Tous les légumes n’ont pas les mêmes besoins en éléments nutritifs. Alterner les cultures évite ainsi l’appauvrissement de la terre.

Les plantes du potager se partagent en 6 groupes : les bulbes, tubercules, légumes-graines, légumes-fruits, légumes-racines et légumes-feuilles. Divisez le potager en 6 et observez une rotation sur 6 ans en faisant se succéder les légumes de chaque groupe. Si vous n’avez pas assez de terrain, regroupez les légumes-racines et les tubercules d’un côté, les fruits et les bulbes de l’autre. La rotation se fait alors sur 4 ans. Les légumes-graines et légumes-feuilles poussent sur les deux parcelles restantes.
C’est trop compliqué ? Si vous n’avez constaté aucune maladie, voici un système simple : remplacez un légume-feuille par un légume-racine et vice-versa.

Potimarron
Publicités