iris before the storm
Publicités
031

Adoptez la Fritilliaire Meleagris entre vos plantes sauvages…

IMG_3021IMG_3018IMG_3023

La fritillaire pintade, est une plante herbacée, de la famille des Liliacées, elle mesure entre 20 et 40 centimètres de haut. Elle possède un bulbe globuleux qui contient des alcaloïdes vénéneux. Sa tige est dressée. Les feuilles, au nombre de trois à cinq, sont vert-gris, linéaires, alternes, lancéolées et étroites. Les fleurs solitaires (ou groupées par deux ou trois) sont rose foncé, panachées en damier pourpre et blanchâtre (très rarement blanches panachées de verdâtre). Le fruit est une capsule subsphérique.

Elle est indicateur de milieu humide. Elle fleurit entre mars et mai, jusqu’à 1 200 m dans les montagnes de l’Aubrac, ou 1 800 m dans les Pyrénées-Orientales en France, en plaine dans le Rouergue (vallée de l’Alzou), ainsi que dans la vallée de la Loire, dans les prairies fertilisées par les crues hivernales.

Désherbage au vinaigre blanc ?

Bien qu’il faille chercher un nouvel aménagement qui se marie avec les herbes indésirables, plutôt que de trouver un produit miracle, le vinaigre peut nous dépanner en attendant de repenser un nouveau concept pour son espace….

Le vinaigre blanc (acide acétique) : Le vinaigre blanc du commerce agit en brulant les feuilles traitées. Son action est rapide et spectaculaire s’il est appliqué en plein soleil. Il est très efficace sur les mousses et sur les plantes annuelles dont il détruit les jeunes pousses jusqu’à la racine. Il brûle les feuilles de la plupart des végétaux mais n’empêche pas la reprise des plantes adultes. Bien qu’il soit bactéricide, le vinaigre blanc est rapidement dégradé au contact du sol (biodégradable).

Quelle dose ?

1 litre de vinaigre pour 1 litre d’eau, appliqué au pulvérisateur.

 

Les aubergines

021
L’aubergine, les poivrons et les piments sont emblématiques des cultures du sud de la France, mais il est possible de les réaliser sur l’ensemble du territoire.
Leur culture est en effet très simple, et peut se faire en pleine terre mais aussi en pot, tant que vous fournissez à ces plantes le soleil dont elles raffolent.

Climat : Tempéré et chaud.

Exposition : chaude et ensoleillée.

Sol : Humifère, frais, profond.

Semis : Semis sur couche de fin février à avril pour l’aubergine, de février à mars pour piments et poivrons. La température idéale pour une bonne germination est de 25° C.

Plantation : en avril-juin, lorsque les plants font une quinzaine de centimètres transplanter les à leur emplacement définitif, en pleine terre ou en pots. Veillez tout de même à ce que les gelées nocturnes ne soient plus à craindre.

Espacement : Espacer les plants de 50 cm en tous sens.

Floraison : de juin à septembre pour l’aubergine, de mai à août pour les piments et poivrons.

Récolte : dans les 5 mois après le semis pour l’aubergine, 5 à 6 mois après le semis pour les piments et poivrons.

Bons mariages : L’aubergine a des affinités avec le haricot nain. Les piments et poivrons voisinent bien avec les tomates et les aubergines.

Fertilisation : Une fertilisation à base d’engrais naturel (Engrais Potager) et de compost, en fin d’automne ou en début de printemps, est idéale avant de mettre en place les plants d’aubergine, de poivron et piment.
Les aubergines en pots réclament des apports réguliers de Potasse Purin de consoude.
Les poivrons et piments apprécient un terreau ou un compost bien travaillé, riche en potasse ; par contre il faut éviter les fumures fraîches.

Entretien : Un arrosage modéré mais régulier est profitable à la croissance et à la fructification. Binages, sarclages et paillage ne sont pas superflus. L’aubergine apprécie d’être buttée. Les piments et poivrons peuvent avoir besoin d’être tuteurés.

Taille : Ne conservez que la tige principale de l’aubergine en éliminant toutes les pousses latérales. De plus il est bon de pincer au-dessus de la 2ème fleur, de laisser pousser 3 ou 4 rameaux latéraux qui seront pincés une feuille au dessus de la 2ème fleur. De la sorte vous optimiserez votre récolte avec 8 fruits de beaux calibres par pied.

Maladies et parasites : Le mildiou, s’il sévit sur l’aubergine, fera apparaître des tâches de couleur gris vert sur les feuilles, alors que le dessous se couvrira d’un feutrage blanc. Les bonnes actions préventives consistent en de bons binages et arrosage au purin d’ortie et tisane de prêle.

Par temps chaud et sec les attaques d’araignée rouge sont possibles. Les feuilles d’aubergine et de piments et poivrons, attaquées par ce parasite, se couvrent d’abord de taches grises avant de prendre un aspect bronzé, puis de se dessécher et tomber. On peut repérer la présence des araignées rouge grâce aux toiles qu’elles tissent sur les feuilles. Il convient alors de couper les parties aériennes et de les brûler. Un traitement par pulvérisation de savon noir, de purin d’ortie peut alors être envisagé. Un insecticide végétal (Anti-Pucerons à base de Pyrèthre) peut aussi être employé.

Les feuilles d’aubergine sont parfois l’objet de la gloutonnerie du doryphore. Les ramasser à la main et les détruire.

Les mollusques peuvent dévorer feuilles, tiges et fruits bas. Pour éviter ce désagrément, de simples Pièges Anti-Limaces font l’affaire.

Il arrive que des pucerons s’attaquent aux feuilles, aux bourgeons, et aux tiges des aubergines et piments. Pour éviter que ces insectes nuisibles ne fassent des dégâts, on peut pulvériser une solution à base de savon noir ou un purin d’ortie. Un insecticide biologique végétal, comme un Anti-Pucerons à base de Pyrèthre, peut être employé en cas d’attaque importante ou à base de feuilles de rhubarbe.

Rotation des cultures : L’aubergine, le poivron et le piment exigent une alternance de 3 ou 4 ans.

Le pentatome rayé

Pentatome rayé

Le Pentatome rayé aime les endroits chauds et ensoleillés, talus exposés sud, de préférence sur les ombellifères. Aujourd’hui, ils sont une colonie d’une quarantaine d’individus dans le jardin.

L’accouplement est précédé par une parade rituelle. Ensuite ils se séparent, les femelles déposent leurs œufs par petits paquets sur les feuilles. Elles surveillent les jeunes pendant un certain temps après l’éclosion. Les petits ressemblent à leurs parents, mais leurs ailes sont très réduites. Ils muent 5 fois avant de devenir adultes.

Ils se nourrissent de sève des plantes et ont parfois une activité prédatrice.

La Grande Sauterelle verte, une bonne copine à accueillir !

La grande sauterelle verte

Voilà la grande sauterelle verte au jardin des basses aires, qui mesure généralement entre 2 et 3,5 cm. Remarquable par sa taille et sa couleur verte brillante. Longues ailes antérieures, étroites et dures. Longues ailes postérieures, larges et transparentes, colorées en vert. Longues antennes dépassant l’extrémité de l’abdomen. Gros yeux rouges. Vole très bien !

Habite les lisières de forets, prés, jardins, parcs clairs. Dans toute l’Europe, Asie mineure et Afrique du nord.

Espèce autrefois beaucoup plus courante qui aujourd’hui tend à disparaitre dans de nombreuses régions à cause de l’agriculture « moderne ».

Le soir, pour échapper à la rosée, les mâles montent sur les buissons et les arbres où ils stridulent pendant des heures, plus ou moins selon la température.: Lorsqu’il fait froid, ils sont plus silencieux. Par leur chant, ils essaient d’attirer les femelles. Chez celles-ci, l’organe auditif se trouve sur les pattes postérieurs, sous l’articulation du genou. Ces organes sont tellement sensibles que ces animaux peuvent percevoir les sont deux octaves plus haut que l’hommes; Ils entendent très bien les ultra-sons. Avec une patte, les femelles peuvent localiser n’importe quel son. Les mâles possèdent également une organe auditif de ce type: Ils entendent ainsi leurs rivaux avec lesquels ils se battent en stridulant. L’accouplement dure environ 45 minutes, pendant lesquels les spermes les spermes du mâle sont transférés dans la femelle. A l’aide de sa tanière, la femelle dépose une centaine d’œufs dans le sol, où ils passeront tout l’hiver. Les juvéniles ne sortent que l’année suivante.

Les juvéniles se nourrissent de pucerons; les juvéniles âgés et les adultes, de mouches, de chenilles, parfois de papillons et d’autres insectes. Ils se nourrissent également de graminées et d’autres plantes basses.

On connait dans le monde 5000 espèces de tettigoniidae, une quarantaine seulement vit en Europe.

Le téléphore fauve

Téléphore fauve

Ce coléoptère brun-ocre mesure jusqu’à 1 cm;  Extrémité des élytres parfois noirâtre. Les élytres ne recouvrent pas totalement l’abdomen dont on voit toujours l’extrémité. Difficile à identifier car il existe en europe une vingtaine d’espèces appartenant au genre Rhagonycha. Il faut souvent examiner l’appareil génitale pour identifier certaines espèces.

Il habite dans les prés fleuris, se rencontre souvent sur les ombelles de cumin des prés, de la carotte, de l’aegopodium, de l’angélique…

On le trouve dans toute l’Europe jusqu’au sud de la scandinavie. A l’est jusqu’au Caucase. Jusqu’à 1000 m d’altitude.

Les adultes et les larves sont des prédateurs qui mangent des insectes nuisibles. Ils sont donc utiles comme la plupart des cantharides.

téléphore fauve

Le lait contre l’oïdium

oïdium - blog alsagarden (3)

-Traitement au lait : Une vaporisation régulière du feuillage avec un mélange d’eau et de lait écrémé permet d’éradiquer l’oïdium. Mélangez 1/2 litre de lait à 4,5 litres d’eau et pulvérisez toutes les semaines jusqu’à disparition totale ! De plus, cette pulvérisation renforcerait les défenses immunitaires de la plante. Utilisez de préférence un lait écrémé ou demi-écrémé pour éviter les odeurs de décomposition des graisses du lait. L’action du lait sur l’oïdium s’expliquerait par ses propriétés antifongiques naturelles. Attention à ne pas surdoser le lait sinon d’autres types de champignons se développeraient !