Technique

Le lait contre l’oïdium

oïdium - blog alsagarden (3)

-Traitement au lait : Une vaporisation régulière du feuillage avec un mélange d’eau et de lait écrémé permet d’éradiquer l’oïdium. Mélangez 1/2 litre de lait à 4,5 litres d’eau et pulvérisez toutes les semaines jusqu’à disparition totale ! De plus, cette pulvérisation renforcerait les défenses immunitaires de la plante. Utilisez de préférence un lait écrémé ou demi-écrémé pour éviter les odeurs de décomposition des graisses du lait. L’action du lait sur l’oïdium s’expliquerait par ses propriétés antifongiques naturelles. Attention à ne pas surdoser le lait sinon d’autres types de champignons se développeraient !

Publicités

La rhubarbe contre le puceron noir et la teigne du poireau

rhubarbe

Usage

  • Traitement insecticide contre les pucerons noirs et la teigne du poireau.
  • Action répulsive contre les limaces.

Préparation

Le purin de rhubarbe est en réalité une infusion :

  • mettre 1,5 kg de feuilles de rhubarbe dans 10 litres d’eau bouillante ;
  • laisser infuser 24 heures ;
  • filtrer finement, conserver en bouteilles ou bidons non métalliques ;
  • stocker à l’abri de la chaleur et de la lumière.

Bon à savoir : le purin de rhubarbe se conserve pendant plusieurs mois.

Mode d’emploi

Voici comment utiliser le purin de rhubarbe :

  • Traitement insecticide contre les pucerons noirs ou la teigne du poireau : pulvériser non dilué sur les plantes à traiter, telles que rosiers, arbres fruitiers, arbustes à fleurs, fleurs vivaces et vivaces et plantes potagères envahies par les pucerons ou poireaux contaminés par la teigne.
  • Action répulsive contre les limaces : diluer dans 5 volumes d’eau et arroser le pourtour des plantes attaquées par les limaces.

Le bicarbonate de soude contre le mildiou de la tomate

Dans la lutte préventive contre mildiou de la tomate, nombreux sont les témoignages citant le bicarbonate de soude comme étant efficace. Ce qui fait le soulagement des jardiniers car on a la un produit économique, biodégradable et non toxique pour l’environnement et pour la santé. Dans un premier temps nous allons voir comment agit le bicarbonate de sodium sur le mildiou puis nous verrons comment l’utiliser et je vous ferai part d’une technique empruntée à mes vieux cours de chimie, pour vous faire gagner du temps au potager. Pas de panique, c’est 100% « naturel ».

Comment agit le bicarbonate de soude sur le mildiou ?

Le bicarbonate de soude (ou bicarbonate de sodium ou encore hydrogénocarbonate de sodium) a de nombreuses propriétés dont l’une est de neutraliser l’acidité d’un milieu.

Il n’y a pas vraiment de certitudes mais on suppose que le mildiou ne supporterait pas le changement d’acidité du milieu provoqué par le bicarbonate de soude. En effet le mildiou aurait besoin d’acidité pour se développer. Le bicarbonate neutralisant cette acidité modifierait les conditions optimales du développement du mildiou. D’où une action fongistatique (qui empêche le champignon de se développer) et non fongicide (qui tue le champignon).

Cependant aux États Unis, le Dr. Kenneth Horst de l’université de Cornell a observé que le bicarbonate de sodium causait des dommages sur les parois des spores de l’oïdium, parvenant à la mort des cellules. Le bicarbonate de sodium aurait-il la même action sur les spores du mildiou ? Dans ce cas on aurait alors un effet fongicide. Et en effet le bicarbonate de sodium, peut se révéler efficace sur un début de mildiou.

Quoiqu’il en soit le bicarbonate de sodium prouve son efficacité pour empêcher le développement du mildiou et est principalement utilisé en préventif.

En pratique

A quelle concentration pulvériser ?

Suivant les sites et les témoignages les concentrations varient de 2.5g à 10g par litre d’eau. Pour ma part je prépare une solution à 5g par litre, elle est suffisamment concentré pour être efficace.

Ajouter un mouillant

Un mouillant va permettre de fixer le bicarbonate de sodium sur les feuilles. Vous pouvez utiliser du savon noir, du savon de Marseille, du liquide vaisselle. Ajoutez le sous forme liquide au moment du mélange ou suivez mon conseil ci dessous.

Quel bicarbonate de soude choisir ?

Pour le jardin le bicarbonate de soude technique fera l’affaire. Mais vu la quantité d’usages possible (en cuisine) ça vaut peut être le coup de prendre une qualité alimentaire dont le prix n’est pas forcément plus élevé. Sachez que le critère de pureté n’est pas le même.

Où se procurer du bicarbonate de soude ?

Vous en trouverez en grande surface, dans le rayon du sel et/ou dans le rayon des lessives. Sur internet aussi, mais attention il y a de tous les prix. Vous trouverez divers prix sur priceminister. Cliquez ici pour le bicarbonate, on y trouve aussi du savon noir.

Préparer votre mélange

En suivant les concentrations énoncées ci dessus mélangez le sel de bicarbonate de soude avec un peu d’eau, mélangez jusqu’à dissolution complète puis ajoutez le mouillant, homogénéisez puis utilisez.

Le sel de bicarbonate peut mettre un peu de temps à se dissoudre, surtout à température ambiante (et quand il y a du mildiou c’est qu’il fait si pas chaud). De plus si vous n’avez qu’un petit pulvérisateur à main vous allez devoir recommencer l’opération plusieurs fois. Personnellement je trouve cela laborieux ! C’est pourquoi je vous propose une petite astuce : préparer une solution mère.

Pourquoi préparer une solution mère ?

Je vois 3 avantages :

  1. Vous allez gagner du temps. A chaque traitement vous devez solubiliser le sel qui n’est pas si simple à dissoudre.
  2. Vous serez sur que votre sel soit entièrement dissout et sera donc pulvérisé à la bonne concentration.
  3. Vous pouvez conserver et réutiliser cette solution dans la saison.

C’est quoi une solution mère ?
C’est une solution dont on peut faire des solutions filles en prélevant la quantité souhaitée et en rajoutant un solvant (dans notre cas de l’eau). En pratique c’est plus simple ! Et j’ai préparé un mode opératoire détaillé.

Comment préparer une Solution Mère ?

J’ai créé ce petit tableau qui récapitule le volume et la masse de sel de bicarbonate de sodium à dissoudre. Je vous propose de réaliser une solution mère à une concentration de 100g/L c’est à dire 20 fois plus concentré que la solution que nous allons pulvériser sur les tomates.

Quel volume choisir ?
Plus vous avez de plants de tomates, plus vous êtes dans une région à risque, plus vous ferez des traitements, donc choisissez un volume élevé. Exemple : Avec 500mL de solution mère vous pourrez préparer 5 pulvérisateurs de 2L. Un pulvérisateur de 2L couvre une quinzaine – vingtaine de plants bien développés.

[Solution Mère] Volume Solution Mère Quantité de sel à dissoudre
100g/L 500mL 50g
100g/L 1L 100g
100g/L 1.5L 150g

Mode opératoire :

  1. Peser la quantité de sel à dissoudre.
  2. Mesurer le volume d’eau.
  3. Mettre l’eau dans une casserole, allumer le feu, puis rajouter le sel.
  4. Remuer jusqu’à dissolution complète. Plus la température va monter et plus le sel va se dissoudre rapidement. Inutile toutefois d’aller jusqu’à l’ébullition, 50°C c’est déjà très efficace. De plus à partir de 50°C il commence à avoir un dégagement de CO2.
  5. (facultatif) Si vous avez du savon noir mou, mettre une petite cuiller à café (en proportion du volume préparé) et continuer à homogénéiser jusqu’à dissolution complète du savon.
  6. Votre solution mère est finie, il ne vous reste plus qu’à la laisser refroidir et la stocker.
Notez bien la nature du produit sur le contenant. A mettre hors de la portée des enfants, cela va de soi.
Pesée de bicarbonate de sodium Après dissolution ajout de savon noir mou
Solution mère stockée et marquée

Utiliser la solution mère

On désire avoir une solution fille de bicarbonate de soude à 5g/L. On va donc utiliser la solution mère à 5%.

Exemple : Si vous avez un pulvérisateur de 2L vous allez mettre 100 mL de la solution mère que nous avons préparé et vous compléterez avec 1.9L d’eau. Si vous avez préparé 1L de solution mère vous pourrez donc réaliser 10 traitements (10 pulvérisateurs de 2L).

Volume souhaité Volume de solution mère Volume d’eau
Pulvérisateur de 2L 100mL 1.9L
Pulvérisateur de 5L 250mL 4.75L
Pulvérisateur de 10L 500mL 9.5L

Si vous n’avez pas mis de savon noir mou dans la solution mère rajoutez une cuillère à café de savon liquide dans votre pulvérisateur. Un peu plus pour les grands pulvérisateurs. Ne pas oublier d’homogénéiser la solution mère avant de l’utiliser.

Document à télécharger : Si vous êtes interessé pour faire une solution mère j’ai recopié le mode opératoire et les tableaux ci dessus dans un pdf. Accédez à la page des documents à télécharger.

Fréquence de traitement

Préventivement traitez tous les 15 jours. Dans l’idéal il faudrait traiter au bicarbonate de sodium après chaque pluie. Personnellement je trouve qu’il est inutile de traiter à tous azimuts. Si après une pluie les températures redeviennent élevées (30°C) dès le lendemain le mildiou ne pourra pas se développer. Par contre si les conditions d’humidité et de températures sont idéales pour le développement du mildiou (25°C et en deça) , alors oui il faut être plus vigilant et accentuer les traitements.

Avant de traiter

Si vos plants ont déjà subit les foudres du mildiou vous allez devoir supprimer les parties malades avant de traiter. Vous trouverez plus d’informations dans cet article.

Le traitement

Traitez également sous les feuilles

Ayez toujours une pression élevée dans le pulvérisateur. La buse propre. Traitez les feuilles entièrement, au dessus et en dessous. Évitez cependant de traiter les fleurs qui pourraient ne pas résister au traitement.

http://www.tous-au-potager.fr/lutter-contre-mildiou-bicarbonate-soude/

l’ortie pour l’azote

Ortie

Des expériences menées en serre pendant 2 mois par un chercheur suédois datant de 1981 montrent que des cultures de radis, tomates, blé et orge ayant bénéficié d’une fertilisation avec du purin d’ortie, comparé à un engrais chimique de composition identique, ont montré la supériorité du purin d’ortie.

  • La production de matière végétale fraîche mais aussi de matières sèches a été meilleure dans le cas de l’engrais purin : les racines des plantes produites avec cette méthode naturelle étaient plus développées.

La fabrication du purin d’orties

  1. Réunir 1 kg de feuilles d’orties et les hâcher menu : choisir des pousses jeunes et non montées à graines.
  2. Faire macérer ces orties en purée dans 10 litres d’eau , de préférence dans de l’eau de pluie selon certains spécialistes.
  3. Filtrer la macération qui est riche en azote ( N ), en minéraux, en vitamines et en oligo-éléments.

Combien de temps laisser le purin d’orties macérer ?

Le purin est obtenu par fermentation :  c’est la phase de fermentation qui est importante et pas la phase de putréfaction. La durée de fermentation est dépendante de la température.

  • Il faut brasser le mélange tous les jours.
  • De nombreuses bulles remontent à la surface.
  • Laisser fermenter approximativement 5 à 6 Jours à 30°
  • 14 jours à 20°
  • 21 jours à 5 °
  • Au bout d’une 6 à 21  de jours de macération,  quand il n’y a plus de petites bulles qui remontent à la surface, la fermentation est finie et le purin est prêt à être utilisé.

Utiliser le purin à dose de 10% en arrosage aux pieds des cultures…

La Bardane contre le mildiou

bardanebardane

Bardane — Arctium lappa

Récoltez dans la campagne les immenses feuilles de cette vigoureuse plante poussant à peu prêt partout ainsi que ces racines: toute la plante est utile à la réalisation d’un purin aux vertus stimulantes et fongicides.

Purin

1 kg de toute la plante fraiche ou 200gr si les feuilles sont sèche, dans 10 litres d’eau. Ce purin est l’un des plus odorants: il est donc important de l’agiter chaque jour pour sa bonne oxygénation, ce qui vous permet aussi de suivre son évolution et de le filtrer aussitôt sa fermentation terminée.

Diluez 300 ml dans 5 litres d’eau.

Pulvérisez sur les feuillages des cultures sensibles ( pommes de terre, par exemple) afin de lutter contre le mildiou.

Arrosez pour exercer une action stimulante: la bardane riche en potasse, est particulièrement appréciée des légumes-racines et des arbustes à petits fruits.

L’achillée millefeuille

L’achillée millefeuille ( Achillea millefolium) Utile contre les maladies cryptogamiques, renforce la résistances des plantes et améliore l’éfficacité des fongicides. C’est aussi un bon activateur de compost. Utilisez l’achillée sauvage, mais pas les cultivars qui n’ont pas les même propriété.

020

Macération

10gr de fleurs sèches ou 100gr de fleurs fraîches, 1 litre d’eau douce.

Laissez macérer 24 Heures, puis filtrez. Mélangez avec 4 à 5 litres de décoction de tanaisie, de prêle ou de bouillie bordolaise, dont l’éfficacité est ainsi renforcée.

Décoction

100gr de fleurs fraiches, 1 litre d’eau. Laissez macérer 24 Heures, puis mettez à bouillir doucement pendant 20 minutes avec un couvercle afin de conserver les principes actifs volatiles. Laissez refroidir puis filtrez.

Utilisez la décoction pure en arrosage du compost afin d’en activer la fermentation.

Infusion

150gr de feuilles fraiches finement découpées, 1 litre d’eau. Faire bouillir quelques minutes avec un couvercle, laissez refroidir, puis filtrez.

Pulvérisez l’infusion pure en prévention contre l’oïdium, la rouille et la tavelure sur les arbres fruitiers, les arbustes à fleurs, la vigne…

022

Rotation de culture et engrais verts

Les légumes de l’été ne sont plus qu’un souvenir. L’organisation du potager va changer.
Une fois le potager nettoyé, il est temps de s’interroger. Mais que planter et où ? Bonnes questions… Une seule certitude : il ne faut pas laisser la terre à nue. Le sol n’est alors plus protégé contre les intempéries et les mauvaises herbes s’y installent. Si vous voulez attendre avant de planter, semez des engrais verts. Ils enrichiront la terre.

Première règle : ne replantez pas un légume de la même famille sur une parcelle. Donc pas de pommes de terre sur un carré qui a déjà accueilli des tomates. Toutes deux sont des Solanacées et elles sont sensibles au mildiou, un champignon qui ne disparaît pas avec l’hiver. Il contaminerait à coup sûr la nouvelle culture. Le respect de cette règle freine de beaucoup le développement de parasites et de maladies. Un atout appréciable.
Et si, en plus des pesticides et fongicides, vous vous passiez des engrais ? Tous les légumes n’ont pas les mêmes besoins en éléments nutritifs. Alterner les cultures évite ainsi l’appauvrissement de la terre.

Les plantes du potager se partagent en 6 groupes : les bulbes, tubercules, légumes-graines, légumes-fruits, légumes-racines et légumes-feuilles. Divisez le potager en 6 et observez une rotation sur 6 ans en faisant se succéder les légumes de chaque groupe. Si vous n’avez pas assez de terrain, regroupez les légumes-racines et les tubercules d’un côté, les fruits et les bulbes de l’autre. La rotation se fait alors sur 4 ans. Les légumes-graines et légumes-feuilles poussent sur les deux parcelles restantes.
C’est trop compliqué ? Si vous n’avez constaté aucune maladie, voici un système simple : remplacez un légume-feuille par un légume-racine et vice-versa.

Potimarron