Vers de terre

Afin de donner une indication sur la fertilité d’un sol, Cédric effectue des prélèvements de vers de terre dans des jardins, des parcelles agricoles, chez des maraichers… Ainsi, il identifie les différentes espèces, les classe par groupe, les compte, les pèse… Nous pouvons suivre puis comprendre l’évolution de la population des lombrics au fil des années, selon la méthode dont on cultive. (Il y a bien sur d’autres paramètres à prendre en considération).

Cédricneau

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

140 espèces de vers de terre sont présentes en France. Ils sont indispensables à la vie du sol Partie supérieure de la croûte terrestre dont la particularité est d’être meuble et d’abriter la vie. Le sol est à la fois le support des végétaux et leur produit, car il contient de la matière organique sous forme d’humus. et participent à la qualité de sa structure. Les vers de terre constituent la première biomasse animale terrestre. On en trouve en moyenne 1 tonne par hectare mais jusqu’à quatre fois plus selon les conditions du milieu, soit de 100 à 400 individus par mètre carré. Leur nombre peut chuter de manière importante sur des sols labourés, et recevant des engrais et pesticides.

Les différents vers de terre peuvent vivre de 2 à 15 ans. Selon leur nourriture, les vers se retrouvent à différents endroits dans le sol. En réalité l’appellation ver de terre comprend également des vers de surface, comme le ver du fumier (Eisenia foetida) qui est rouge tigré de gris ou de jaune. Ces vers, appelés « épigés », sont petits et fins (5 à 10 cm) et vivent dans la litière à la surface du sol. Les vers anéciques (de grande taille), comme le lombric terrestre (Lumbricus terrestris), sortent quant à eux de la terre pour chercher de la nourriture et l’enfouir dans le sol laissant derrière eux des tortillons caractéristiques. Dépourvus de pattes, les vers de terre sont composés d’anneaux successifs leur permettant de se déplacer.

Les vers de terre sont hermaphrodites (à la fois mâle et femelle) et se reproduisent durant l’hiver en pondant leurs œufs dans les galeries qu’ils creusent ou à la surface du sol. La plupart d’entre eux a besoin de s’accoupler avec un individu de la même espèce.

Ils se nourrissent de matières organiques en décomposition ou de terre mélangée à de la matière organique du printemps à l’automne. Les matières ingurgitées sont broyées en particules fines grâce à leur système digestif. Les vers de terre remplissent plusieurs fonctions : ils améliorent l’aération, la structure et la stabilité du sol et permettent une meilleure disponibilité des nutriments répartis dans les différentes couches du sol.

Accueil dans le jardin

  • Évitez d’utiliser des produits chimiques et adoptez des méthodes respectueuses de l’environnement.
  • Préférez travailler votre sol avec une fourche-bêche ou une grelinette afin d’éviter de broyer les vers de terre. Le labour et le bêchage sont en effet à l’origine de la réduction du nombre de vers de terre et de la destruction des œufs et des jeunes.
  • Paillez pour apporter de la matière organique ou laissez les feuilles mortes en surface car un couvert végétal hivernal permet de maintenir l’activité des vers à cette période de l’année.
  • Installez un compost dans lequel les vers de surface se développeront.
  • http://jardinonssolvivant.fr/les-cinq-enseignements-que-jaurais-aime-recevoir-de-charles-darwin-pour-favoriser-les-vers-de-terre-dans-mon-jardin/
Publicités